04 avril 2008

CENSURE à l'aveuglette?


Certains nous ont fait savoir qu'il est difficile de débattre sur la censure à partir du texte de Nic car il fait référence à un texte qui n'a pas été publié. Sans revenir sur cette décision il est possible pour ceux qui le souhaitent de prendre connaissance du texte en question en nous le demandant par e-mail à : ensemble-citoyens@orange.fr ainsi que pour l'ensemble des textes de même type ( passés, présents et à venir)
Le débat sur la censure est tout de même un vrai débat que l'on peut ( que l'on doit?) continuer...alors à vos souris.

Libellés : , , , ,

3 Comments:

At 07 avril, 2008 10:33, Anonymous Anonyme said...

Je n'étais pas d'accord pour le titre "censure". Il n'y a de censure que quand il y a volonté politique de limiter la liberté d'expression.
Ce n'est pas le cas pour ce qui concerne ce texte. Je rappelle que tous les sites et blogs ont leur propre comité de rédaction qui décide en fonction de ses objectifs et de sa déontologie propre.
Ce n'est pas parce qu'on fait preuve de discernement et qu'on refuse de publier des propos diffamatoires qu'on fait de la "censure".
C'est sur ce même ressort qu le néolibéralisme s'appuie pour empêcher toute entrave à la "liberté" d'expression pour pouvoir déployer sans obstacle ses stratégies de communication et de marchandisation. Attention au piège des mots et de l'idéologie dominante.

 
At 16 avril, 2008 10:08, Anonymous magali said...

Le fait de censurer est un acte important et grave. Toutefois je pense que dans certains cas le mot doit être utilisé et l'acte pratiqué sans état d'âme. Si un texte nous arrivait sur le blog avec des insultes à caractère raciste nous n'aurions aucun scrupule à le Censurer. A mon avis il est un fait que nous censurons dès que nous ne publions pas un texte....et alors???

 
At 21 avril, 2008 11:50, Anonymous NIC said...

Voilà, j’étais un peu déçu par le peu de débat autour de la censure, je m’attendais à quelques contributions vigoureuses du style : « gaffe ! La censure c’est très grave, c’est une atteinte à la liberté, on ne joue pas avec ça ! » Enfin un truc dans ce genre avec lequel j’aurais été complètement d’accord !
Par chance, notre écrivain masqué s’est manifesté à nouveau, relançant le débat. Alors, j’en profite pour préciser mon point de vue.
Je ne suis pas d’accord pour considérer qu’interdire un texte soit un acte anodin, ni pour refuser d’appeler la censure par son nom. Dire, parce qu’on trouvera facilement un consensus pour bloquer le nouveau texte, qu’il ne s’agit que d’un geste administratif qui peut se faire sans qu’il soit nécessaire d’en débattre me parait une erreur, pas sur le cas d’espèce,mais bien sur le fond.
La censure, c’est très grave, c’est un acte de répression, le premier que nous fassions. Oh bien sûr, comme répression c’est dérisoire, les effets ne risquent pas d’être très nocifs, mais c’est à l’échelle de notre pouvoir, il faut donc l’envisager avec sérieux, de la même manière que nous voudrions que ce soit traité par ceux qui ont réellement du pouvoir. Aussi je propose que nous la maniions avec parcimonie et prudence.
Pour cela, je verrais bien qu’on précise les causes éventuelles de censure, qu’on se mette d’accord sur des règles et sur leur application, quitte à les enrichir, les affiner avec l’expérience.

Je propose que chaque fois que nous sommes obligés de censurer, on se fade d’un texte justifiant cette censure, texte court quand c’est facile, plus détaillé quand nécessaire. Un texte qui engage l’association, et que ce texte, accompagné du texte censuré, soit conservé dans l’association et à la disposition de toute personne qui le réclame.
Il est indispensable à mes yeux que soient désignés par l’association ceux ou celui (/celle) qui se chargent de cette censure, il serait inadmissible d’en laisser la responsabilité à celui (celle) qui se charge de la gestion technique du blog .

C’est lourd, mais censurer, c’est grave (je me répète, mais c’est parce que je veux insister). Je fais donc officiellement cette proposition à discuter dans l’association en vue d’un effet le plus rapide possible.
En attendant, pour le texte en débat, je propose qu’on le range (à disposition de ceux qui se feront connaître) avec le commentaire suivant :
 « Texte censuré pour les raisons suivantes :
o Auteur anonyme
o Attaques personnelles
o Sous-entendus abscons et à tendance médisante
o Sujet qui ne se rattache à aucun de nos débats et n’enrichit en rien l’organisation »

Mais je persiste à penser qu’il serait bienvenu de le faire paraître à titre d’exemple. Il me parait évident que la nocivité de ce texte dérisoire serait encore atténuée par sa place d’exemple dans un débat.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home